Logo Salon des micro-entreprises Du 30 sept. au 2 oct. 2014
9h-18h - Palais des Congrès - PARIS
 
ExposerExtranet exposantEspace presse
En partenariat avec :     APCE Companeo Viadeo Le Journal du Net.com L'Entreprise.com L'Express Le Parisien Economie NRJ Global

Le blog du Salon des micro-entreprises

Le cap des trois ans, mythe ou réalité ?

Publié dans Création d'entreprise,Créer une micro entreprise,Le Salon 2011,Salon entrepreneur — Amélie Guider le 3 juillet 2012 à 8:00

Tous les créateurs d’entreprise, quel qu’en soit le régime juridique, ont entendu parler du fameux “cap des trois ans“. Ceux qui passent ce fameux cap sont généralement considérés comme tirés d’affaires ou du moins sur la bonne voie pour voir leur activité pérennisée.

La plupart des études menées par l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) ou par l’APCE (Agence pour la Création d’Entreprises) sur la création d’entreprise montrent qu’environ les deux tiers des entreprises sont toujours actives trois ans après leur création. Ce “taux de pérennité” est relativement stable depuis de nombreuses années, et tient plus au projet et à ses conditions de mise en oeuvre, qu’au profil du créateur lui-même. A contrario, cela signifie évidemment qu’un tiers des entreprises créées auront disparu trois ans plus tard.

Les études disponibles montrent que plus le montant de la “mise de départ” est élevé et plus les chances de survie de l’entreprise le sont également, et ce indépendamment du secteur d’activité : les entreprises créées avec plus de 80 000 euros d’investissement initial ont plus de deux fois plus de chances que celles créées avec moins de 2 000 euros d’être encore active après trois ans.

Cependant, une majorité de créateurs d’entreprises investissent moins de 8 000 euros (54 % des créateurs en 2006 d’après l’INSEE), tandis qu’ils étaient seulement 8 % à investir plus de 80 000 euros.
Par ailleurs, les sociétés ont de meilleures chances de survie que les entreprises individuelles, puisque 74 % des sociétés créées en 2006 étaient toujours actives en 2009, contre 59 % des entreprises individuelles. Selon l’INSEE, les sociétés ont globalement plus de trois fois plus de chances de passer le cap de la première année que les entreprises individuelles et quasiment deux fois plus de chances de se maintenir au bout de trois ans.
Enfin, il faut noter que le secteur d’activité est un des facteurs de pérennité, mais selon la conjoncture économique, certains secteurs sont plus ou moins porteurs.

Dans une moindre mesure, le profil du créateur joue sur la pérennité de l’entreprise. A noter que les entreprises créées par des femmes sont désormais aussi pérennes que celles créées par des hommes, même si en 2006, elles ne représentaient encore que 29 % des créateurs d’entreprises.

Sans se focaliser en permanence sur ces données, il est malgré tout nécessaire de les avoir en tête au moment où l’on décide de se lancer. Tous les créateurs d’entreprises savent bien que leur parcours relève plus souvent du parcours du combattant que du long fleuve tranquille.

Pour autant, en vous armant de patience, en évitant de brûler des étapes, en vous ancrant dans la réalité du monde du travail et de l’économie, en investissant un minimum et en vous faisant aider au bon moment, votre projet de création n’en sera que plus solide, et, à n’en pas douter, vous soufflerez fièrement les trois bougies de votre entreprise !

Et vous, avez-vous entendu parler de ce cap des trois ans ? Comment envisagez-vous cette perspective ?
Toutes ces questions seront abordées par les experts présents sur le prochain Salon des micro-entreprises.

N’hésitez pas à nous rejoindre sur Facebook, Viadeo ou Twitter pour échanger et partager vos impressions sur ce sujet.

Développez votre micro entreprise grâce aux réseaux sociaux

Vous souhaitez développer la visibilité de votre micro entreprise ? Interviewé à l’occasion du Salon desmicro entreprises 2011, Olivier Fécherolle, Directeur stratégie et développement chez Viadeo, vous donne quelques bons conseils pour développer votre micro entreprise grâce aux réseaux sociaux tels que Viadeo.

Olivier Fécherolle rappelle que pour les micro entreprises, le profil personnel se confond la plupart du temps avec l’identité de la micro entreprise. Il faut donc que votre profil soit bien renseigné pour ceux qu’ils vont le consulter.

Par la suite, il va falloir que vous constituiez votre réseau. Votre réseau se compose de vos collègues, anciens collègues, fournisseurs, clients, personnes avec qui vous avez étudié… Il vous permettra pour  votre micro entreprise d’identifier de nouveaux fournisseurs, clients potentiels ou encore des partenaires.

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Olivier Fécherolle, Directeur stratégie et développement chez Viadeo,  sur la chaîne du Salon des micro entreprises.

Pour en savoir plus :

-          Réseaux sociaux un outil pour booster sa micro entreprise

-          Comment développer votre micro entreprise grâce aux médias sociaux ?

L’ADIE aide les jeunes entrepreneurs à créer leur micro entreprise

Selon un sondage IFOP, 69% des jeunes entre 18 et 24 ans veulent créer leur micro entreprise. Interviewée à l’occasion du Salon des micro entreprises 2011, Catherine Barbaroux, Présidente de l’ADIE, l’Association pour le projet à l’initiative économique, rappelle les missions de l’ADIE et présente le programme Créajeunes.

L’objectif de cette association est de donner aux entrepreneurs qui souhaitent créer leur micro entreprise les moyens de le faire. Auprès de l’ADIE ils vont pouvoir trouver une écoute, une aide pour optimiser leur projet, et un accompagnement gratuit sous forme de coaching ou de formation.

Depuis 2007, l’ADIE a mis en place un dispositif d’aide : Créajeunes.  Ce programme s’adresse aux jeunes de 18 à 32 ans qui souhaitent créer leur micro entreprise. Créajeunes est un parcours de formation gratuit de 8 semaines qui leur permet d’améliorer leurs connaissances sur le monde de l’entreprise mais également leur confiance en soi. Ensuite, ils peuvent bénéficier d’un accompagnement individuel pour formaliser leur projet de création de micro entreprise.  30% des jeunes entrepreneurs ont créé leur micro entreprise immédiatement à la fin du programme.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Catherine Barbaroux, Présidente de l’ADIE, sur la chaîne du Salon des micro entreprises.

Pour en savoir plus :

-          Créer sa micro entreprise avec Pôle emploi quand on a moins de 30 ans.

-          Jeunes créateurs, les règles d’or pour convaincre un financeur pour créer votre micro entreprise.

Micro entrepreneur : bien utiliser les réseaux sociaux pour communiquer

Aujourd’hui, un français sur deux  a un profil Facebook et un micro entrepreneur sur cinq possède un compte Viadeo. Interviewée à l’occasion de la 13ème édition du Salon des micro entreprises, Valérie March, Co-fondatrice de Place des Réseaux, vous explique pourquoi il est important d’être sur les réseaux sociaux lorsqu’on est micro entrepreneur.

En effet, les chiffres le démontrent, les réseaux sociaux sont devenus un carrefour d’audience. Ils sont une nouvelle opportunité pour les micro entrepreneurs de rencontrer des clients et des prospects. Ils servent également à fidéliser les clients que vous avez déjà.
De plus, grâce aux fonctionnalités simplifiées de partage, vous pouvez générer du bouche à oreille.

Cependant, Valérie March vous conseille de ne pas investir tous les réseaux sociaux d’un coup. Il est important pour un micro entrepreneur de se concentrer sur un seul réseau, afin de bien le tester et le développer. Vous choisirez ce réseau selon votre cible, la présence forte de vos clients et prospects mais aussi pour votre préférence d’utilisation.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Valérie March, Co-fondatrice de Place des Réseaux, sur la chaîne du Salon des micro entreprises.

Pour en savoir plus :

- Micro entrepreneur : réseaux sociaux un outil pour booster votre business.

- Micro entrepreneur 2.0, quelles sont les bonnes pratiques sur Viadeo ?

Les coûts de votre micro entreprise

A la création d’une micro entreprise, les entrepreneurs oublient parfois d’intégrer dans leurs budgets certaines dépenses nécessaires au démarrage de leur activité. Dans la conférence « 30 minutes pour savoir ce que coûte vraiment une micro entreprise la 1ère année », en écoute libre sur le site du Salon des micro entreprises, découvrez quels sont les coûts à prévoir pour la première année de vie de votre micro entreprise.

Les dépenses obligatoires liées à la création de votre micro entreprise

Il existe des frais rarement intégrés dans les budgets mais auxquels le créateur ne peut malheureusement pas échapper au lancement de sa micro entreprise, tels que :

- L’assurance responsabilité civile et professionnelles : pour un consultant, comptez environ 120€ par an, et jusqu’à 500€ pour un commerçant.

- Les frais bancaires : il y en a toujours. Ils sont de l’ordre de 240€ par an.

Les dépenses facultatives à prévoir pour votre micro entreprise

Selon l’activité de votre micro entreprise, vous devrez envisager des dépenses dites « facultatives » telles que :

- Dépenses d’expertise comptable : il est conseillé de faire appel à un cabinet d’expertise comptable. Il vous aidera à établir convenablement votre budget prévisionnel et vous accompagnera dans vos démarches administratives.

- La prévoyance : elle vous couvre en matière d’invalidité, de congés maladie et de décès. Le coût est d’environ 900€ par an, en fonction des garanties que vous prenez.

- La protection intellectuelle de votre micro entreprise : chaque dépôt de marque auprès de l’Institut nationale de la propriété intellectuelle (INPI) coute environ 250€. Côté nom de domaine, pour votre site internet, comptez en moyenne 12€ par an.

- Vos bureaux : le démarrage de la location de bureaux pour votre micro entreprise peut correspondre à l’équivalent de 9 mois de loyer, quand on y intègre le dépôt de garantie de 3 mois, les honoraires d’agence et l’avance du loyer pour le premier trimestre. Il existe actuellement des solutions plus souple telles que le coworking ou des centres flexibles de location de bureau qui vous revient à 35€/mois.

Pour en savoir plus, écoutez l’intégralité de la conférence « 30 minutes pour savoir ce que coûte vraiment une micro entreprise la 1ère année », en écoute libre sur le site du Salon des micro entreprises.

 

Les secteurs qui attirent les micro entrepreneurs

En France, on constate qu’un micro entrepreneur sur cinq a moins de 30 ans. Qu’est ce qui les attire dans la création d’entreprise ? Sont-ils plus portés sur un secteur d’activité qu’un autre ? Réponses ci-dessous et dans la conférence « 30 minutes pour découvrir les secteurs qui attirent les jeunes micro entrepreneurs» en écoute libre sur le site du Salon des micro-entreprises.

L’entrepreneuriat séduit les jeune micro entrepreneurs

Selon une étude de l’APCE, 21% des créateurs d’entreprises ont moins de 30 ans et 47% des jeunes souhaitent créer leur entreprise. En effet, depuis une dizaine d’années l’entreprenariat est de plus en plus valorisé dans le système éducatif supérieur avec, par exemple, la création d’incubateurs. De plus, le régime de l’auto-entrepreneur a su séduire ces jeunes micro entrepreneurs et correspond à leurs attentes.

Les secteurs en vogue pour les jeunes micro entrepreneurs

Actuellement, on distingue quatre secteurs porteurs qui attirent la plus part des jeunes micro entrepreneurs :

- Internet : la création de start-up sur internet a le vent en poupe depuis quelques années. C’est un monde en perpétuelle évolution. Dans ce secteur, un jeune micro entrepreneur peut repérer facilement une niche et lancer son entreprise numérique sans trop de risque.

- Les services à la personne : avec la loi Borloo, le secteur des services à la personne s’est énormément développé ces dernières années. En parallèle, il y a eu une forte dynamique de la part des jeunes micro entrepreneurs qui se lance dans ce secteur afin de pouvoir répondre aux problématiques de leurs aînés.

- Les services aux entreprises : le mouvement de la sous-traitance a fait apparaitre de nombreux freelances, infographistes et designers. On externalise de plus en plus les fonctions de la société en faisant appel, entre autre, à des auto-entrepreneurs.

- Le développement durable : L’environnement est une réelle préoccupation des jeunes micro entrepreneurs. Ils sont nombreux à créer une entreprise dans le secteur green ou à miser sur des valeurs écologiques au sein de leur activité en apportant une valeur ajoutée : recyclage des déchets, construction durable, utilisation de matières premières issues de l’agriculture biologique…

Pour en savoir plus, écoutez la conférence « 30 minutes pour découvrir les secteurs qui attirent les jeunes micro entrepreneurs» en écoute libre sur le site du Salon des micro-entreprises.

Retrouvez sur le même sujet :

- Peut-on créer quand on est jeune micro entrepreneur : le quizz ?
- Créer sa boite avec Pôle emploi quand on est un micro entrepreneur de moins de 30 ans.
- Jeune micro entrepreneur : réussir sa vie ou réussir dans la vie.

 

Trois conseils pratiques pour la création de votre micro entreprise

Nombreuses sont les étapes dans la création d’une micro entreprise : trouver des financements, gérer efficacement la micro entreprise, analyser rapidement la situation et développer l’activité… Dans la conférence « La réussite de votre création de micro entreprise en 20 conseils pratiques ! », en écoute libre sur le site du Salon des micro-entreprises, découvrez comment aborder au mieux votre projet.
Nous vous avons sélectionné trois bonnes pratiques :

Apprendre et connaitre votre banquier, le 1er acteur de la création de votre micro entreprise

Un banquier choisit et suit de nombreux projets de création de micro entreprise chaque année. Il possède une certaine expérience qui l’aide à déterminer si votre projet de création de micro entreprise est viable ou non. Vous pouvez donc exiger de lui une analyse argumentaire, qu’elle ait accepté votre projet ou non, qui vous permettra d’en connaître les forces et les faiblesses.

Etablir un business plan : un outil indispensable à la création de votre micro entreprise

Le business plan est la traduction de votre projet de création de micro entreprise en données chiffrées. Il faut que vous soyez capable de présenter vos besoins et  que vous définissiez les moyens que vous allez mettre en œuvre pour atteindre vos objectifs. Les points critiques et les points de vigilances vont ainsi ressortir et vous amèneront à vous poser les bonnes questions pour optimiser votre projet.

Suivre de près l’activité de votre micro entreprise

Il est important de suivre régulièrement vos bilans d’activité, les premiers temps suivant la création de votre micro entreprise. Vous pourrez ainsi comparer le réel à votre prévisionnel estimé dans votre business plan, pour voir si vous répondez aux objectifs que vous aviez préalablement établis.

Pour en savoir plus, écoutez l’enregistrement complet de la conférence « La réussite de votre création de micro entreprise en 20 conseils pratiques ! », sur le site du Salon des micro entreprises.

Retrouvez sur le même sujet :

-          Stratégie du succès pour les créateurs de micro entreprise

-          Le cocktail gagnant du créateur de micro entreprise heureux !

-          La création de votre micro entreprise avec Pôle emploi

 

 

Comment faire un business plan efficace pour le lancement de votre micro entreprise

Selon une étude menée par EBP, on constate que seuls 25% des créateurs se font aider par un expert-comptable pour monter leur business plan. Dans la conférence « Le business plan de votre micro entreprise en 10 points clés ! », en écoute libre sur le site du Salon des micro entreprises, découvrez les étapes essentielles pour construire un plan efficace et réaliste vis-à-vis de la création de votre micro entreprise.      

Comment établir un business plan efficace et réaliste pour votre micro entreprise ?

Les investisseurs à qui vous allez présenter votre projet de micro entreprise vont se focaliser sur votre future équipe, votre rentabilité estimée et votre modèle d’entreprise. Voici quelques astuces pour vous aider à  construire un business plan efficace et réaliste :

-Pensez à l’avenir de votre micro entreprise : les investisseurs n’auront pas envie d’investir si vous ne pensez pas aux perspectives d’avenir. Il faut que vous soyez capable de vous projeter au-delà des premières années d’existence de votre structure.

- Comprendre les besoins du marché : il faut que vous soyez capable de comprendre les besoins du marché sur lequel vous voulez implanter votre micro entreprise avant même d’établir vos besoins matériels et humains nécessaires à la création de votre structure.

- Ne pas faire de suppositions : les suppositions que vous pourrez faire dans le business plan de votre micro entreprise ne traduiront pas la réalité. Tous les chiffres du business plan doivent être justifiés, soit par des études organisationnelles ou marketing soit par des formules.

- Eviter les risques : si vous réalisez que vous allez être moins rentable que prévu, vous pouvez ajuster l’organisation de votre micro entreprise afin de ne pas nuire à sa pérennité. Par exemple, vous pouvez faire appel à du personnel externe dans un premier temps afin de réduire les dépenses liées au personnel ou vous pouvez faire appel à un sous-traitant afin de réduire les coûts de production de votre micro entreprise.

Pour en savoir plus, écoutez l’enregistrement complet de la conférence  « Le business plan de votre micro entreprise en 10 points clés ! », sur le site du Salon des micro entreprises.

Retrouvez sur le même sujet :

- Comment élaborer un business plan solide pour votre micro entreprise ?
- Simplifier la création-reprise de micro entreprise : s’orienter pour ne pas se perdre.

Développer votre micro entreprise : bien choisir votre nom de domaine

Pourquoi le choix de votre nom de domaine est stratégique pour le développement de votre micro entreprise ? Comment bien le choisir ? Comment l’enregistrer ? Trouvez les réponses à vos questions grâce à la conférence « 30 minutes pour choisir le nom de domaine de votre micro entreprise », en écoute libre sur le site du Salon des micro entreprises.

 Le nom de domaine : un enjeu stratégique pour votre micro entreprise

Le nom de domaine est une partie intégrante de l’identité de votre micro entreprise, il s’apparente à votre raison sociale. Il permet de qualifier le site de votre micro entreprise et de promouvoir l’offre de biens ou de services de votre micro entreprise. C’est pourquoi son choix doit être judicieux : il est devenu un enjeu stratégique de communication pour développer la visibilité votre micro entreprise sur internet

Quelques conseils pour bien choisir le nom de domaine de votre micro entreprise

Le nom de domaine se divise en deux parties : un vocable (le mot) et une extension qui peut être géographique (ex : « .fr » pour la France) ou dite générique (ex : «.com », « .net »…)

Voici quelques conseils pour bien le choisir :

         – L’identité virtuelle de votre micro entreprise : votre nom de domaine doit être pertinent et mémorisable facilement car il va permettre d’affirmer l’identité de votre micro entreprise. Il doit vous également vous aider à optimiser votre référencement sur les moteurs de recherche.

         – A qui s’adresse votre site internet : le choix du nom de domaine est différent selon les cibles à laquelle vous vous adressez.  Par exemple, l’extension «.fr » est intuitive si on s’adresse à la population française car c’est une extension qui est porteuse de valeur, qui permet de matérialiser l’attache à un territoire. Elle est aussi notion de différenciation pour votre micro entreprise car les choix de nom de domaine en «.fr » est plus large qu’en «.com ».

Comment enregistrer le nom de domaine de votre micro entreprise

Voici les 4 étapes à respecter :

         – Vous devez vérifier l’adéquation entre les vocables et l’extension de votre nom de domaine.
         – Vous devez vérifier sa disponibilité au près d’un bureau d’enregistrement.
         – Vous devez soumettre la demande à l’organisation qui gère l’extension (par exemple, l’AFNIC gère l’extension « .fr »)
         – Si votre demande est acceptée votre nom de domaine sera ensuite activé sous 24 heures.

Pour en savoir plus, écoutez l’enregistrement complet de la conférence « 30 minutes pour choisir le nom de domaine de votre micro entreprise », sur le site du Salon des micro entreprises.

Retrouvez sur le même sujet :

         – Comment optimiser le développement de votre micro entreprise grâce au web ?
         – Pourquoi un site web ? En avez-vous besoin pour votre micro entreprise ? Les bonnes questions à se poser.
         – Les bonnes pratiques pour créer et référencer le site internet de votre micro entreprise.

Boostez les ventes de votre micro entreprise

Dans la conférence « Boostez vos ventes ! », en écoute libre sur le site du Salon des micro entreprises et animée par Evelyne Platnic Cohen , Fondatrice de Booster Academy, retrouvez des conseils pour améliorer vos compétences commerciales et développer votre micro entreprise.

Développer vos compétences commerciales, c’est développer votre micro entreprise !

La vente est une compétence transversale. En effet, tous les jours nous vendons des biens, des idées, des compétences… Vendre est la première fonction de l’entrepreneur pour développer sa micro entreprise. Seulement beaucoup pensent qu’ils ne sont pas de bons vendeurs et que ceci ne peut pas changer. Selon Evelyne Platnic Cohen on peut tous être un bon vendeur mais pour cela il faut travailler ses compétences commerciales en 3 points :
- le mental
- le comportemental
- les techniques et le processus de vente

Quelques conseils pour développer votre micro entreprise

Voici quelques conseils pour améliorer vos compétences commerciales :
    – Rien ne s’improvise : il est important que vous maitrisiez votre discours et vos techniques de vente car avec le temps et l’expérience vous allez pouvoir améliorer votre interprétation.
    – Des opportunités pour développer votre micro entreprise : la vente c’est aussi des opportunités. Il faut que vous soyez  attentif à votre environnement, aux rencontres que vous faites. C’est ainsi que vous pourrez avoir des opportunités pour votre micro entreprise.
    – Poser les bonnes questions : la vente c’est de l’écoute et savoir poser les bonnes questions. L’objectif étant de rechercher et de comprendre les besoins de vos clients. Il est tout à fait possible de vendre sans arguments, cela dépend de la qualité de votre questionnement.

Pour en savoir plus, écoutez l’enregistrement complet de la conférence « Boostez vos ventes ! » sur le site du Salon des micro entreprises.

>Retrouvez sur le même sujet :
- Les clés pour développer votre micro entreprise !
- 30 minutes pour savoir vendre au bon prix
- Comment trouver et fidéliser ses clients ?

Page suivante »



  Demandez votre invitation gratuite          Envoyez une invitation au salon  


  Demandez votre invitation gratuite          Envoyez une invitation au salon